12 OCT. 13 DEC. 2018

Pay’Jazz

LEGTA Montardon

Troisième année consécutive du partenariat entre le LEGTA Montardon et accès)s( dans le cadre d’un enseignement facultatif Pratiques sociales et culturelles, Pay’Jazz / Images poursuit l’exploration des esthétiques musicales avec le désir d’un croisement des pratiques (musique, arts visuels, écriture) et des opérateurs culturels.

Jazz/Images
Thierry Moinet (France)

Des ateliers de sensibilisation et de pratique artistique, d’interprétation et d’improvisation animés (type sound painting) par des intervenants et musiciens liés à Tonnerre de jazz permettent à 6 classes de découvrir le jazz, son histoire, ses esthétiques à travers une présentation illustrée.

Une de ces 6 classes, la Terminale STAV, participe en plus à un atelier de création de 12 pochettes de disques vinyle alternatives à celle déjà existante de « Sarajevo » du groupe Walter Sextant. En effet, il s’agit de traduire des sons en image numérique grâce à des rencontres avec ce groupe. Plusieurs thèmes autour de la musique sont abordés tels que l’approche esthétique du Jazz, l’approche de l’analyse d’image et des arts visuels contemporains… L’objectif étant que les élèves appréhendent les notions de création artistique, de perception, de ressenti et d’atmosphère : créer des paysage en images à partir d’univers sonores.

Les productions seront valorisées lors d’un concert du groupe Walter Sextant au sein du Lycée.

paysage-fiction

visite guidée

Muse privilégiée des artistes depuis toujours, le paysage se définit avant tout par le regard et son époque.
En effet, cette étendue spatiale naturelle ou contrôlée par l’homme est une prise de vue depuis un point subjectif qui s’est offerte à l’interprétation des créateurs selon l’évolution de la science et de l’esthétique (ou théorie du beau).
Ainsi l’arrivée de la perspective bouleverse son agencement sur toile par lignes de fuites. Puis, la peinture de paysage a rendu hommage aux éléments, célébrant la beauté d’une nature entendue comme un agencement de formes, de couleurs et de matières.
Pourtant, la mise en image du paysage est intimement liée à une évolution industrielle dont on ne cesse de souligner les menaces qu’elles représentent pour la nature. L’omniprésence de ces messages d’alerte est aujourd’hui si grande qu’au caractère purement contemplatif du paysage peuvent se mêler désormais des sentiment d’anxiété ou de nostalgie.
Grâce aux avancées des techno-sciences, nous disposons d’une compréhension et d’une maîtrise de la nature jusqu’ici inégalée, alors même que la menace que nous faisons peser sur elle est au plus haut.

Au travers de 23 formes plastiques, visuelles ou interactives, les 17 artistes invitent à la contemplation d’une nature contrôlée ou sublimée en jouant avec les éléments qui la constituent : couleurs, lumières et mouvements.
On plongera son regard dans des paysages miniatures, on explorera les couleurs cachées des nuages, on arpentera des forêts inquiétantes, on déclenchera un tremblement de terre au soin de sa voix…

Télécharger le dossier pédagogique